AMAZON à AVION : le grand leurre !

Déjà présent dans les Hauts-de-France avec deux entrepôts logistiques et une agence de livraison au cœur de la région lilloise, Amazon, le géant du cyber-commerce, va ouvrir d’ici la fin de cette année une nouvelle agence de livraison à Avion. A la clé, 280 emplois nous promet-on.

La gazette du Nord Pas de Calais nous apprend que : “Sur le territoire de l’Agglomération de Lens-Liévin, la nouvelle a été très bien accueillie, tant par Sylvain Robert son président, responsable de la zone d’activité, que par Jean-Marc Tellier, le maire de la commune d’Avion. C’est une nouvelle fois la preuve que le territoire attire les investisseurs ». « Construit par Goodman, le bâtiment d’Avion de 9 400 m2 est situé au cœur de la zone industrielle des 14, juste en face de l’entrepôt logistique d’Intermarché, entré en service il y a deux années.”

Ce centre Amazon pour lequel des centaines d’emplois étaient donc espérés (promis ?) s’est transformé en dépôt “dernier kilomètre” permettant la plupart du temps le dernier transfert des colis par les livreurs (souvent des prestataires) et au final, les centaines d’emplois espérés se sont transformées en 80… Puis en pas grand chose car au final; il y aura du transfert de personnel du centre de Lauwin Planque + quelques espoirs d’emplois parmi les sous-traitants…..en termes de création brute d’emplois c’est peanuts !

Un petit rappel sur ce qu’est Amazon (informations tirées d’un rapport d’Attac) :

   – Amazon dissimule 57% de son chiffre d’affaires réalisé en France, d’où une évasion fiscale massive.

   – Amazon Web Services a émis 55,8 millions de tonnes de gaz à effet de serre en 2018, soit l’équivalent des émissions du Portugal.

   – Amazon fait travailler en majorité des personnes à contrats précaires, notamment en intérim.

   – D’après une étude aux Etats-Unis, pour 1 emploi créé par Amazon, 2 emplois sont détruits.

Un petit rappel sur ce que sont les projets d’Amazon en France :

La pandémie du coronavirus a mis en lumière la stratégie hégémonique d’Amazon  qui en est l’un des principaux bénéficiaires. Le géant veut devenir leader de la distribution dans le monde, grâce à des prix extrêmement bas et la livraison en 24 heures. Pour ce faire, Amazon place l’expansion de son business au dessus des profits immédiats. Mais du leadership au monopole, il n’y a qu’un pas. Amazon se lance dans la distribution alimentaire tandis qu’elle est déjà leader mondial du stockage des données informatiques ! C’est dans ce contexte, qu’une bataille secrète est engagée depuis plusieurs mois en France. Amazon s’apprête à y doubler sa surface de stockage d’ici début 2021 ; entre 8 et 11 projets d’entrepôts et centres de tri supplémentaires ! Sa part de marché dans le pays est de 18,9 % du e-commerce, déjà très loin devant celles de ses concurrents, mais sans commune mesure avec ses 38 % aux États-Unis. Amazon souhaite donc rapidement se développer dans l’hexagone, dans une stratégie globale de conquête du marché européen. L’État a déjà autorisé 4 de ses nouveaux projets d’entrepôts, alors que la viabilité des commerces de proximité est directement menacée par l’augmentation de l’activité d’Amazon en France. Si ces projets sont menés à terme, l’impact sur les emplois, le climat et les finances publiques pourrait être rapidement catastrophique.

Nos politiques locaux, que ce soit le lensois socialo-macroniste ou l’avionnais “communiste”, se moquent de l’accaparement des terres agricoles, des conditions de travail déplorables dans ces entrepôts, de l’envahissement de la France par des objets de l’(hyper)consommation pour la plupart importés. Nous ne leur reprocherons pas de vouloir créer de l’emploi ou du moins les conditions de l’emploi. Mais pas à n’importe quel prix ! Leur courte vue est nuisible à la société dans son ensemble. Mais peu leur chaut !

Nos politiques locaux non seulement se laissent facilement berner mais en plus manquent à leur propre parole : d’un côté ils prétendent défendre le petit commerce (tout en facilitant d’ailleurs les centres commerciaux et leurs galeries marchandes) de l’autre ils facilitent (au fait avec combien de subventions ?) l’arrivée d’Amazon symbole de l’esclavage salarié post-moderne.

La France Insoumise Lens condamne fermement cette trahison des intérêts du peuple au profit de la gloriole personnelle d’un personnel politique de l’ancien temps, gloriole qui de plus se révèle être un leurre.

La France Insoumise Lens appelle à soutenir la campagne contre Amazon de plusieurs associations dont « Les amis de la terre » et « Attac » à l’occasion du prochain vendredi noir

https://www.amisdelaterre.org/stoppons-expansion-amazon-black-friday/

https://france.attac.org/se-mobiliser/stop-amazon-et-son-monde/