Le budget 2020 de la ville de Lens : on continue comme avant !

La France Insoumise Lens constate et déplore la persistance dans les orientations budgétaires de la ville de Lens au mépris des souhaits de la population : rien sur la transition énergétique et écologique, rien pour le rééquilibrage territorial entre le centre ville et les cités,  poursuite du bétonnage et endettement accru.

En effet  pour la première fois depuis 2015, la Ville aura recours à l’emprunt pour 5,2 M€. Rappelons que l’encours de la dette atteint 48 M€, dette  liée pour moitié aux chantiers ANRU (la règle étant : 1 euro financé par l’ANRU si  1 euro est financé par la ville) qu’ont connu la grande résidence et la cité Montgré, le reste étant lié à des queues d’emprunt sur des opérations antérieures de rénovation des cites.

Sur les 11 M€ d’investissements (hors remboursement en capital de la dette pour 4 M€), on note des acquisitions foncières pour 3 M€, des travaux de voirie pour 3,1 M€, une somme d’1 M€  provisionnée pour engager le futur centre aquatique, des frais d’études diverses conséquents dont un montant important pour l’opération Cœur de ville. Bref tout est fait pour perpétuer le vieux clivage lensois centre ville/cités là où partout ailleurs ce déséquilibre centre/périphérie est dénoncé comme un des maux de la société française.

Un bien faible montant par rapport aux besoins : les cités minières du 4 et du 12/14 mériteraient des transformations plus ambitieuses, la transition énergétique et un usage écologique du territoire nécessitent des investissements que la gestion comptable à courte vue de cette équipe municipale continue à ignorer. Rappelons que les montants annuels d’investissement sur la période Delcourt étaient plus proches de 30 M€ que de 10, mais l’équipe actuelle est revenue aux pratiques de l’ère Delelis visant à maintenir les populations concernées dans la dépendance plutôt que de tout faire pour améliorer le cadre de vie.

Sur le fonctionnement (hors autofinancement de 5,6 M€ des dépenses d’investissement) 46,5 M€ y seront consacrés, avec une hausse de 1,15 % par rapport à 2019. Premier poste de dépenses, la masse salariale s’élève à 27,54 M € (+0,99 % par rapport à 2019). Viennent ensuite les TFSE (travaux, fournitures et services extérieurs) pour 14 M€, sans oublier environ 1,4 M€ d’intérêts de remboursement de  la dette. La masse salariale contenue cache en fait un phénomène inquiétant de départ de cadres territoriaux de bon niveau découragés par la médiocrité et la manque d’ambition de cette équipe compensé par l’embauche de personnels moins qualifiés mais plus dociles.

Un budget comme avant, présenté par une équipe municipale qui ne comprend pas que Lens restant une ville pauvre il convient de continuer à investir qui plus est à une époque où les taux d’intérêt sont ridiculement bas et qui ne comprend rien aux enjeux de notre époque. Ajoutons à cela l’absence de retransmission sur les réseaux sociaux du conseil municipal tenu en l’absence du public et nous avons à nouveau la démonstration du style autocrate de cette municipalité faussement de gauche et vraiment de droite.

Laisser un commentaire