LENS EN COMMUN 2020 Penser et agir un avenir autrement

projet de programme

Une tournure radicalement différente de ce que nous connaissons jusqu’à présent doit émerger. Pas de résignation sans pour autant ignorer les contraintes budgétaires, OUI à l’installation de nouvelles activités génératrices d’emploi. NON à l’emprise des promoteurs immobiliers au service des investisseurs. NON à la  délégation systématique au privé des biens communs qui nuit au pouvoir d’achat des citoyen(ne)s. NON à l’obsession sécuritaire et au rejet de l’autre. NON à  l’assistanat permanent. NON à l’apathie de la vie culturelle. Gagnons notre émancipation et notre dignité de citoyen.

1  Nous voulons impulser une nouvelle dynamique :

Tous les efforts doivent être faits pour réimplanter les activités abusivement délocalisées et pour favoriser la création d’activités liées à la transition écologique. C’est toute l’économie qui doit bifurquer vers un modèle social et solidaire : LENS  ne peut se réduire à n’être qu’une capitale de l’industrie du passé. LENS doit devenir la capitale d’un renouveau : d’une part d’un nouveau « produire en France » moderne et écologiquement responsable. D’autre part, être la ville de l’Economie Sociale et Solidaire de  demain.

-nous modifierons le plan local d’urbanisme de façon à empêcher la construction de toute nouvelle grande surface au profit du renouveau d’un commerce de quartier.

-nous créerons une cellule de ré-industrialisation. Elle démarchera les entreprises à la recherche d’une implantation sur le territoire. Toute nouvelle délocalisation sera combattue. Nous exercerons une pression sur l’Etat et les grandes entreprises afin qu’ils jouent leur rôle dans une ré-industrialisation propre du territoire.

-nous mettrons à disposition les moyens publics (locaux, soutien financier, systèmes d’échange entre producteurs locaux…) en faveur du développement des AMAP, des marchés paysans, des magasins de producteurs et d’épiceries coopératives permettant la commercialisation des productions locales.

–nous maintiendrons et défendrons les subventions aux associations (contrats aidés, subventions départementales et régionales) et aux entreprises de l’économie sociale et solidaire (SCOP…).

-nous défendrons résolument les services publics d’Etat et territoriaux menacés par l’euro-austérité et par la politique antisociale du gouvernement actuel. Un soutien résolu sera appliqué aux justes revendications des personnels enseignants, hospitaliers, aux cheminots (assez d’emplois et de dessertes supprimés à Lens !).

-l’instruction et l’éducation de nos enfants est prioritaire. Nous exigerons que l’Etat réimplante des classes préparatoires d’ingénieurs que le rectorat a retirées de Condorcet. Nous mettrons au premier plan le développement du pôle universitaire scientifique dans les domaines technologiques et informatiques.

2 Nous voulons engager notre ville dans une révolution écologique et énergétique respectueuse de l’environnement et anti-gaspillage des ressources naturelles.

Une croissance sous contrôle, il le faut, pour “changer le système pas le climat” et construire une ville post-croissance, sobre et solidaire.​ Là où la ville voisine a pris des longueurs d’avance sur le développement durable, nous nous devons de rattraper notre retard (géothermie, solaire…). Quant aux moyens de transport, tout doit être pensé dans un double objectif : diminution de l’usage de la voiture et  revitalisation des quartiers et du centre-ville. Nous mettrons en œuvre la règle verte communale qui met en avant : la nécessité de prendre en compte les limites des ressources naturelles, la capacité de la planète à les régénérer, et les équilibres des écosystèmes du local au global.

-nous adopterons un plan de développement des énergies renouvelables s’appuyant sur les associations citoyennes, les coopératives ou une régie publique proposant un tarif social de l’énergie. Nous  adopterons un schéma communal ou intercommunal en vue de la réduction de la consommation énergétique : par la rénovation thermique des locaux publics, en renforçant les programmes de détection des passoires énergétiques et d’efficacité énergétique ; en favorisant les projets d’habitat écologiques et partagés, les coopératives d’habitants ; en mettant en place un soutien financier aux particulier pour l’isolation thermique de leur logement.

-nous réorienterons  le réseau de transports en commun pour une meilleure desserte des cités et du centre ville. Et non pas principalement vers les centres commerciaux excentrés comme c’est le cas actuellement. Nous réduirons et socialiserons les tarifs des transports en commun, en allant  vers leur gratuité dès que possible.

-nous aménagerons l’espace urbain afin de faciliter les déplacements à pied ou en vélo. Nous  faciliterons le stationnement de surface pour l’accès aux commerces et aux activités en généralisant la zone bleue et en supprimant le stationnement payant.

-nous lutterons contre les pollutions sonore et lumineuse (suppression du robinet à musique en ville et extinction, sauf cas exceptionnel, des éclairages des boutiques, magasins, bureaux, etc., hors temps d’activité). Nous débattrons du déploiement de la 5 G et du tout connecté, du but poursuivi par leurs promoteurs, de leurs incidences sur nos vies et notamment de leurs effets sanitaires non encore évalués.

3  Nous voulons recréer un cadre de vie convivial et ouvert :

Notre idéal n’est pas de faire de LENS la banlieue-dortoir de la métropole lilloise.​ Notre idéal est de permettre aux classes populaires et moyennes de rester ou de s’installer à LENS, de combattre l’exclusion et de faciliter la mixité sociale.​ Cela passe par la reprise de contrôle par les élus des bailleurs sociaux.

Nous réclamons pour toutes et tous le droit de vivre à LENS dignement, le droit d’être soigné dans des structures de proximité, le droit à un air respirable et à une alimentation saine produite au plus près : moins de béton, plus de verdure, des jardins partagés.

Par l’éducation et la culture, par l’affirmation de la laïcité et par le souci du monde et des autres, par le soutien aux artistes et à la création et par une tarification véritablement sociale, par la redynamisation de la vie associative, nous voulons sortir de l’apathie culturelle actuelle et reconstruire à LENS les solidarités et les espoirs perdus  dans la course à l’attractivité.

-nous soutiendrons le développement des ressourceries associatives et publiques.

-nous maximiserons la part de produits de saison et locaux dans la restauration collective pour atteindre de 100% de produits locaux et selon les conditions locales l’objectif de 50 à 100 % de bio, notamment pour les fruits et légumes.

-nous développerons les jardins partagés, ouverts, conviviaux, pour recréer du lien social et renouer avec la nature en ville. Faisons la  respirer par l’implantation d’arbres. Il ne s’agit pas de créer artificiellement des espaces verts décoratifs mais de  donner aux Lensois(e)s  des lieux de calme et de détente.

-nous empêcherons la privatisation du logement social prévue par la loi ELAN : refus de donner un avis conforme pour la vente de logements sociaux, augmenter les subventions des OPH en compensation du blocage des ventes, négocier des engagements « zéro vente » sur le territoire municipal de la part des entreprises sociales de l’habitat. 

-nous attribuerons les logements sociaux de manière transparente après élaboration d’une grille claire de critères pour mettre fin au clientélisme et aux transferts abusifs.

-nous favoriserons la construction de logements basse consommation de qualité  et agréables et favoriserons l’immobilier d’habitation au détriment de l’immobilier d’investissement. 

 -nous mettrons en place  une vraie concertation avec les associations de façon à limiter par les actions de persuasion et d’éducation au vivre ensemble les incivilités ; nous faciliterons le travail des CCAS dans les quartiers : éducation/médiation plutôt que répression.

-nous chercherons ensemble à redonner une âme aux différents quartiers de notre ville, à recréer des solidarités de quartier en créant des occasions de rencontres, de débats collectifs mais aussi d’activités.

-nous développerons le service public local d’accompagnement de la petite enfance en proposant des modes d’accueil diversifiés et adaptés à tous (crèches, multi-accueils, lieux d’accueil enfants-parents, lieux de consultation, relais assistantes maternelles…).

-nous aménagerons des aires de jeux inventives, naturelles, intergénérationnelles, respectueuses des normes environnementales dans les jardins publics, les ludothèques, les bibliothèques.

-nous favoriserons l’implantation de centres de santé et mutualistes pluri-professionnels à tiers payant intégral pour faciliter l’accès aux soins et lutter contre la désertification médicale. 

-nous créerons des résidences publiques pour personnes âgées (EHPAD, résidences-autonomies, résidences intergénérationnelles) et nous développerons les services à la personne (maintien à domicile, portage de repas…) accessibles et adaptés.

-Lens doit redevenir un lieu vivant de sorties et de culture : nous favoriserons l’implantation d’un cinéma de qualité, de salles de théâtre et de salles de concert ou de clubs pour le jazz et les musiques modernes. Nous favoriserons l’implantation de festivals (cinéma, musique, théâtre, danse etc…).

-nous créerons un lieu de mémoire des luttes ouvrières pour perpétuer l’histoire de notre bassin minier et nous donnerons à des lieux publics les noms des grandes figures minières et ouvrières de la Résistance. Nous nous donnerons les moyens d’une éducation populaire émancipatrice.

-nous reconstruirons la piscine municipale sur son lieu d’origine et nous favoriserons  la gratuité et la tarification sociale des équipements sportifs.

4 Nous voulons restaurer la souveraineté citoyenne

Résistance, le mot n’est pas trop fort : il faut passer du modèle clientéliste à la construction démocratique de projets. La gestion de la ville doit être remise au centre du débat politique et ne plus être seulement une affaire de pseudo-experts obnubilés par les contraintes budgétaires. La commune est le lieu de la démocratie locale ; or cette démocratie a été confisquée par les institutions de l’intercommunalité. Nous devons donc recréer les conditions de cette démocratie en instituant un contrôle citoyen que nous définirons ensemble.

-nous mettrons fin progressivement aux délégations de service public et étudierons  la mise en place d’une régie publique intercommunale de l’eau. Nous réactiverons un observatoire de l’eau ouvert aux représentants des usagers.

-nous mettrons fin à la gestion brutale du personnel municipal constamment placé sous la pression des suppressions de postes, des redéploiements, des menaces de privatisation.

-nous combattrons l’euro-austérité qui asphyxie les communes et le service public avec l’aide des gouvernements successifs.

-nous refuserons tout transfert facultatif de compétences aux intercommunalités pour préserver la démocratie et la proximité du service public. Nous refuserons tout nouveau partenariat public privé (PPP) source de coûts excessifs et commanderons une expertise juridique et financière en vue de dénoncer les PPP existants.

-nous donnerons aux citoyen.ne.s la possibilité d’organiser une votation citoyenne. Le conseil municipal s’engagera à respecter le résultat dès lors qu’une pétition réunissant au moins 10% des habitant.e.s est constituée. Nous accorderons le droit de vote aux étranger.e.s résidant sur le territoire communal lors des votations citoyennes.

-pas un projet ne sera engagé sans associer les habitant.e.s, depuis la conception jusqu’à la mise en œuvre et en utilisant des formes participatives diversifiées pour impliquer réellement le plus grand nombre. Nous mettrons en œuvre un travail collectif sur des projets comme celui de la requalification de la zone couverte par l’ancien hôpital ou de la zone des anciens laminoirs et tréfileries,  ainsi que sur des projets de développement équilibré plus modestes.

–nous installerons un comité citoyen tiré au sort chargé, en lien avec les services municipaux, de réaliser un audit de la dette communale et intercommunale, afin de dénoncer les emprunts toxiques éventuellement contractés et d’identifier l’action des lobbies privés menée auprès des institutions communales et intercommunales.

–nous travaillerons avec des banques coopératives pour s’affranchir de la main mise des institutions financières. Nous instaurerons une caisse de crédit municipal pour fournir des possibilités d’emprunt à de faibles taux aux ménages les plus défavorisés.

5 Nous voulons que Lens redevienne  une commune digne et solidaire

Pour une citoyenneté responsable  contre l’égoïsme et les discriminations sociales.

-nous lutterons contre le non recours aux droits par la mise en place d’un guichet unique d’accès aux droits, assurant informations et suivi des dossiers et la création de postes de médiateurs.

-nous améliorerons les lieux d’accueil pour les femmes victimes de violences conjugales, ainsi que les centres de nuit pour les personnes sans domicile fixe ; nous garantirons le droit à la domiciliation et améliorerons le service de bagagerie pour les personnes SDF. La création d’un hôtel social et de toilettes publiques doit être envisagée.

-nous respecterons les obligations de la commune en matière d’emploi de personnes handicapées et fixerons un objectif « zéro lieu inaccessible à la fin de la mandature » (lieux et transports publics, commerces…).

-nous soutiendrons des actions de solidarité et activités construites en commun avec les personnes migrantes (cours de français, cuisines participatives…) par le prêt de locaux ou par un soutien financier. Nous développerons les parrainages républicains de personnes sans papiers.

–nous instaurerons des “maisons du numérique” ou utiliserons les points existants (médiathèques…) pour assumer, en lien avec les associations, un rôle de médiation numérique.

-nous garantirons la laïcité du périscolaire en y refusant toute intervention d’associations religieuse, marchande, ou de lobbies patronaux.

-nous soutiendrons les projets citoyens, humanitaires, associatifs portés par les jeunes (bourses, mise à disposition de locaux…). Nous créerons des lieux de citoyenneté, de débat et d’éducation à l’esprit critique pour les jeunes (conseils de la jeunesse, de la vie étudiante, conseils municipaux des enfants…). Nous accompagnerons les jeunes dans leur projet professionnel ainsi que dans leurs projets humanitaires, citoyens et associatifs et dans leur accès aux droits (bureaux information jeunesse, missions locales,…).

Si vous vous reconnaissez dans ce projet de programme soutenu par La France Insoumise, le PRCF, le Parti de Gauche, les Décroissants prenez contact avec nous (courriel : lfilens@gmail.com) afin que nous puissions bâtir ensemble les bases d’un programme de  reconquête du LENS qui nous tient à cœur.

LENS EN COMMUN 2020

Réunion publique     samedi 18 janvier 2020 de 11h à 13h            

salle O’ Déjeuner,78 rue René Lanoy / Place du Cantin LENS

Penser et agir un avenir autrement

                  
Venez discuter avec les initiateurs de
LENS EN COMMUN 2020 
seule liste citoyenne de gauche aux municipales de mars 2020 sur  LENS :

Frédéric Cotton (La France Insoumise)
  Nadia Majdzerczak (PRCF)
Pierre Boutry (Parti de Gauche) Véronique Stride (LFI)
Georges Gastaud (PRCF) Didier Gayant (les Décroissants)
Jean-Paul Decourcelles (LFI) Claude Sakwinski (PG)
et des citoyens soucieux de participer à la vie publique.  

Penser autrement pour le renouveau et l’essor de notre ville

dans l’esprit de la République :
liberté, égalité, fraternité, laïcité, culture et ouverture.

Recréer les conditions d’un dynamisme créateur d’emplois.  

Relever le défi écologique en engageant LENS résolument
dans un plan de sauvegarde de l’environnement et
du climat (stop au béton, transition énergétique,
aide à l’isolation thermique,
redéploiement des transports en commun vers un véritable
réseau de proximité et vers la gratuité…).  

Redonner du pouvoir d’achat à la population en limitant le
recours aux prestataires privés pour tout ce qui est services
publics et en favorisant l’économie sociale et solidaire.  

Relancer l’innovation sociale pour protéger les plus démunis et
l’éducation populaire pour retrouver le chemin de
l’émancipation.

Redonner vie à une ville devenue atone en redonnant
une place à la culture (cinéma, musique…) pour que
chacun puisse vivre ses passions.  

Rénover l’exercice de la citoyenneté dans le cadre d’un
municipalisme où chacun participe réellement à la décision
et se sent responsable.  

lfilens@gmail.com     
 

Nous réfutons les fausses informations nous concernant propagées par certain media gratuit

La France Insoumise Lens dément formellement les propos que le journal 20 minutes distribué sur Lille prête à Guy Delcourt, passé maire de Lens. Il est écrit dans ce journal en date du mercredi 9 octobre 2019 : « il faut envisager une liste d’union au premier tour  martèle Guy Delcourt. Selon lui, les discussions sont en bonne voie avec EELV, La France Insoumise et même LREM ».

D’une part, il est hors de question que La France Insoumise Lens envisage une quelconque union avec une liste PS que nous considérons comme les responsables de la situation de ville morte dans laquelle se trouve la ville de Lens.

D’autre part, l’appel Lens en commun 2020 figurant sur ce site constitue la base  d’un travail en cours consistant à impliquer un maximum de citoyens dans l’élaboration d’un éventuel programme et dans le choix des candidats qui incarneraient au mieux ce programme.

Notre démarche est participative et non directive et nous invitons les lensoises et lensois à nous rejoindre pour participer à ce travail collectif en nous envoyant un courriel à l’adresse : lfilens@gmail.com.

L’ennemi c’est l’extrême droite mais c’est tout autant la droite au pouvoir et tous ceux qui ont trahi la gauche en faisant la même politique.